Cour d'appel de Colmar, Chambre 1, 19 octobre 2022, 21/00085

Mots clés
Prêt - Demande en nullité du contrat ou d'une clause du contrat • monnaie • prêt • contrat • risque • rapport • banque • étranger • interprète • procès • recours • référé • rejet • remboursement • remise • révocation

Synthèse

  • Juridiction : Cour d'appel de Colmar
  • Numéro de pourvoi :
    21/00085
  • Dispositif : Révocation de l'ordonnance de clôture
  • Nature : Arrêt
  • Identifiant Judilibre :6352368d8c924eadffcc470f
Voir plus

Résumé

Vous devez être connecté pour pouvoir générer un résumé. Découvrir gratuitement Pappers Justice +

Suggestions de l'IA

Texte intégral

MINUTE N° 495/22 Copie à - Me Guillaume HARTER - Me Laurence FRICK Le 19.10.2022 Le Greffier REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS COUR D'APPEL DE COLMAR PREMIERE CHAMBRE CIVILE - SECTION A

ARRET

DU 19 Octobre 2022 Numéro d'inscription au répertoire général : 1 A N° RG 21/00085 - N° Portalis DBVW-V-B7F-HOWG Décision déférée à la Cour : 10 Novembre 2020 par le Tribunal judiciaire de MULHOUSE - 1ère chambre civile APPELANTS - INTIMES INCIDEMMENT : Monsieur [R] [N] [Adresse 4] [Localité 3] Madame [U] [K] épouse [N] [Adresse 4] [Localité 3] Représentés par Me Guillaume HARTER, avocat à la Cour Avocat plaidant : Me METAYER-MATHIEU, avocat au barreau de PARIS INTIMEE - APPELANTE INCIDEMMENT : CAISSE DE CREDIT MUTUEL SAINTE JEANNE D'ARC prise en la personne de son représentant légal [Adresse 2] [Adresse 2] [Localité 1] Représentée par Me Laurence FRICK, avocat à la Cour Avocat plaidant : Me DE RAVEL, avocat au barreau de STRASBOURG COMPOSITION DE LA COUR : L'affaire a été débattue le 14 Mars 2022, en audience publique, un rapport ayant été présenté, devant la Cour composée de : Mme PANETTA, Présidente de chambre M. ROUBLOT, Conseiller Mme ROBERT-NICOUD, Conseillère qui en ont délibéré. Greffier, lors des débats : Mme VELLAINE ARRET : - Contradictoire - rendu par mise à disposition de l'arrêt au greffe de la Cour, les parties en ayant été préalablement avisées dans les conditions prévues au deuxième alinéa de l'article 450 du Code de Procédure Civile. - signé par Mme Corinne PANETTA, présidente et Mme Régine VELLAINE, greffière, à laquelle la minute de la décision a été remise par le magistrat signataire. EXPOSE DU LITIGE : Vu le jugement du 10 novembre 2020, régulièrement frappé d'appel, le 30 novembre 2020, par voie électronique, par M. et Mme [N], Vu la constitution d'intimée de la Caisse de Crédit Mutuel Mulhouse Ste Jeanne d'Arc du 18 janvier 2021, Vu les conclusions de M. et Mme [N] du 3 mars 2022, auxquelles était joint un bordereau de communication de pièces qui n'a fait l'objet d'aucune contestation, lesquels ont été transmis par voie électronique le 4 mars 2022, Vu les conclusions de la Caisse de Crédit Mutuel Mulhouse Ste Jeanne d'Arc du 22 février 2022, auxquelles était joint un bordereau de communication de pièces qui n'a fait l'objet d'aucune contestation, lesquels ont été transmis par voie électronique le même jour, Vu l'ordonnance de clôture prononcée le 9 mars 2022, Vu le dossier de la procédure, les pièces versées aux débats et les conclusions des parties auxquelles il est référé, en application de l'article 455 du code de procédure civile, pour l'exposé de leurs moyens et prétentions.

MOTIFS DE LA DECISION

: M. et Mme [N] soutiennent avoir été démarchés par une société de gestion de patrimoine pour investir et acheter un appartement destiné à la location. Les loyers devaient permettre de payer les intérêts et le capital serait apuré par une assurance-vie, nantie. Ils ont souscrit une offre de prêt du 24 novembre 2007 portant sur deux prêts, le premier de 271 600 CHF et le second de 47 400 CHF, les intérêts au taux variable et les cotisations d'assurance étant remboursables trimestriellement et le capital étant remboursable in fine le 30 novembre 2022. Devant la cour d'appel, ils demandent, notamment, de juger que le recours au franc suisse comme l'objet des obligations des parties s'avère abusif et qu'en conséquence, les stipulations qui en découlent, à savoir celles instaurant un remboursement en franc suisse, un risque de change à la charge exclusive de l'emprunteur et une variation de la dette par rapport au franc suisse s'avèrent abusives. La banque conclut, notamment, au rejet de cette demande, considérant notamment que la monnaie de compte est le franc suisse, que les échéances de prêt sont prélevées sur un compte en devise dédié, mais que la monnaie de paiement demeure l'euro, l'emprunteur restant libre de s'acquitter de sa dette à tout moment dans la monnaie ayant cours en France. Dans le cas où la cour considérerait que le contrat de prêt prévoit que la monnaie de compte est le franc suisse et que le paiement peut s'effectuer soit à hauteur du montant de la mensualité exprimée en franc suisse, soit à hauteur d'une somme en euros, indexée sur cette somme en franc suisse, et qu'il est susceptible de faire peser un risque de change sur l'emprunteur, elle relève que l'affaire a été clôturée alors que les parties disposaient de la possibilité de présenter leurs observations sur l'arrêt rendu par la CJUE le 10 juin 2021 et notamment sur les dispositions de cet arrêt qui prévoient que : 'L'article 4, paragraphe 2, de la directive 93/13 doit être interprété en ce sens que, dans le cadre d'un contrat de prêt libellé en devise étrangère, l'exigence de transparence des clauses de ce contrat qui prévoient que la devise étrangère est la monnaie de compte et que l'euro est la monnaie de paiement et qui ont pour effet de faire porter le risque de change sur l'emprunteur, est satisfaite lorsque le professionnel a fourni au consommateur des informations suffisantes et exactes permettant à un consommateur moyen, normalement informé et raisonnablement attentif et avisé, de comprendre le fonctionnement concret du mécanisme financier en cause et d'évaluer ainsi le risque des conséquences économiques négatives, potentiellement significatives, de telles clauses sur ses obligations financières pendant toute la durée de ce même contrat.', et ce, comme la cour le précise dans le corps de l'arrêt, 'notamment en cas de dépréciation importante de la monnaie ayant cours légal dans l'État où celui-ci est domicilié et d'une hausse du taux d'intérêt étranger.' ' La Cour de Cassation a fait une application de cette décision en droit interne par des arrêts rendus notamment le 30 Mars 2022 et le 20 Avril 2022 et a décidé que : Viole l'article L. 132-1 du code de la consommation, dans sa rédaction antérieure à celle issue de l'ordonnance n° 2016-301 du 14 mars 2016, une cour d'appel qui, pour dire qu'une clause de monnaie de compte ne présente pas un caractère abusif, retient que cette clause, libellée en devise étrangère, n'est pas de nature à créer un déséquilibre significatif entre les droits et obligations des parties au détriment des emprunteurs dès lors, d'une part, que les variations du taux de change ont pour conséquence soit d'allonger soit de réduire la durée du crédit, de sorte que cette clause n'est pas stipulée à leur seul détriment, les variations étant subies réciproquement par les deux parties, d'autre part, que, si les emprunteurs ne veulent plus être soumis aux variations du taux de change, ils peuvent demander, tous les trois ans, la conversion de leur prêt en euros. L'application en droit interne de la jurisprudence de la CJUE par la Cour de Cassation est susceptible d'avoir une influence sur la solution du présent litige. La cour d'appel ne peut pas apprécier les éléments du litige au regard de cette jurisprudence de la Cour de cassation sans soumettre cette jurisprudence à la contradiction des parties, afin d'assurer le respect non seulement du principe du contradictoire mais aussi plus largement celui du procès équitable, édicté par l'article 6 de la CEDH. Il convient dans ces conditions, d'ordonner la réouverture des débats, afin que les parties présentent leurs observations sur l'application de cette jurisprudence à l'espèce. Les demandes des parties et dépens seront réservés. P A R C E S M O T I F S La Cour, statuant par arrêt avant-dire droit, Ordonne la révocation de l'ordonnance de clôture du 9 mars 2022, Ordonne la réouverture des débats, Invite les parties à présenter leurs observations sur l'application, à l'espèce, de la jurisprudence issue des arrêts de la Cour de cassation des 30 Mars 2022 et le 20 Avril 2022, Réserve les droits des parties, Renvoie l'affaire à l'audience de mise en état du : VENDREDI 09 DECEMBRE 2022, SALLE 31 à 09 HEURES La Greffière :la Présidente :
Note...

Décisions d'espèce similaires

Cour d'appel de Colmar, Chambre 1, 19 octobre 2022, 21/00196
Révocation de l'ordonnance de clôture
Cour d'appel de Colmar, Chambre 1, 31 mai 2023, 20/02536
Révocation de l'ordonnance de clôture
Cour d'appel de Colmar, Chambre 1, 10 mai 2023, 19/01774
Révocation de l'ordonnance de clôture
Cour d'appel de Colmar, Chambre 1, 7 février 2024, 20/01218
Infirme partiellement, réforme ou modifie certaines dispositions de la décision déférée
Cour d'appel de Colmar, Chambre 1, 18 janvier 2023, 21/00106
Infirme partiellement, réforme ou modifie certaines dispositions de la décision déférée