Cour de cassation, Chambre commerciale, financière et économique, 7 juin 1994, 92-15.847

Mots clés
société • pourvoi • siège • référendaire • contrat • rapport • recours • résolution • torts

Chronologie de l'affaire

Cour de cassation
7 juin 1994
Cour d'appel de Paris (5e Chambre, Section A)
25 février 1992

Synthèse

  • Juridiction : Cour de cassation
  • Numéro de pourvoi :
    92-15.847
  • Dispositif : Rejet
  • Publication : Inédit au bulletin - Inédit au recueil Lebon
  • Nature : Arrêt
  • Décision précédente :Cour d'appel de Paris (5e Chambre, Section A), 25 février 1992
  • Identifiant Légifrance :JURITEXT000007238865
  • Identifiant Judilibre :61372246cd580146773fb9d2
  • Président : M. BEZARD
  • Avocat général : M. Raynaud
Voir plus

Résumé

Vous devez être connecté pour pouvoir générer un résumé. Découvrir gratuitement Pappers Justice +

Suggestions de l'IA

Texte intégral

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Sur le pourvoi formé par : 1 ) la société Aspac, société anonyme dont le siège est ... (8e), 2 ) la société Soface, société à responsabilité limitée dont le siège est ... (9e), en cassation d'un arrêt rendu le 25 février 1992 par la cour d'appel de Paris (5e Chambre, Section A), au profit : 1 ) de M. Guy X..., demeurant ... (Yvelines), 2 ) de la société Oser Aspac, dont le siège est ... (Yvelines), défendeurs à la cassation ; Les demanderesses invoquent, à l'appui de leur pourvoi, le moyen unique de cassation annexé au présent arrêt ; LA COUR, composée selon l'article L. 131-6, alinéa 2, du Code de l'organisation judiciaire, en l'audience publique du 5 avril 1994, où étaient présents : M. Bézard, président, M. Le Dauphin, conseiller référendaire rapporteur, M. Nicot, conseiller, M. Raynaud, avocat général, Mme Arnoux, greffier de chambre ; Sur le rapport de M. le conseiller référendaire Le Dauphin, les observations de Me Boullez, avocat des sociétés Aspac et Soface, de la SCP Defrenois et Lévis, avocat de M. X... et de la société Oser Aspac, les conclusions de M. Raynaud, avocat général, et après en avoir délibéré conformément à la loi ;

Sur le moyen

unique, tel qu'il figure au mémoire en demande et est reproduit en annexe au présent arrêt : Attendu que le pourvoi en cassation est une voie extraordinaire de recours qui, selon l'article 604 du nouveau Code de procédure civile, tend à faire censurer par la Cour de Cassation la non-conformité de la décision qu'il attaque aux règles de droit ;

Attendu que les société

s Aspac et Soface ont formé un pourvoi en cassation contre l'arrêt qui a prononcé la résolution, aux torts exclusifs de ces sociétés, du contrat de franchise conclu avec M. X... ;

Mais attendu

qu'il résulte des motifs de l'arrêt attaqué que la cour d'appel, qui a souverainement apprécié les éléments de fait du litige, a tranché celui-ci conformément aux règles de droit qui lui sont applicables ; d'où il suit que le moyen ne peut être accueilli ;

PAR CES MOTIFS

: REJETTE le pourvoi ; Condamne les sociétés Aspac et Sofac, envers M. X... et la société Oser Aspac, aux dépens et aux frais d'exécution du présent arrêt ; Ainsi fait et jugé par la Cour de Cassation, Chambre commerciale, financière et économique, et prononcé par M. le président en son audience publique du sept juin mil neuf cent quatre-vingt-quatorze.