Cour de cassation, Troisième chambre civile, 12 décembre 2001, 00-14.769

Mots clés
société • sci • pourvoi • siège • syndicat • preuve • qualités • résidence • recours • réparation • relever • absence • saisie • possession • principal

Chronologie de l'affaire

Cour de cassation
12 décembre 2001
Cour d'appel d'Aix-en-Provence (3e chambre civile)
20 janvier 2000

Synthèse

  • Juridiction : Cour de cassation
  • Numéro de pourvoi :
    00-14.769
  • Dispositif : Rejet
  • Publication : Inédit au bulletin - Inédit au recueil Lebon
  • Nature : Arrêt
  • Décision précédente :Cour d'appel d'Aix-en-Provence (3e chambre civile), 20 janvier 2000
  • Identifiant Légifrance :JURITEXT000007426986
  • Identifiant Judilibre :613723bfcd5801467740da11
  • Rapporteur : M. Villien
  • Président : M. WEBER
  • Avocat général : M. Guérin
Voir plus

Résumé

Vous devez être connecté pour pouvoir générer un résumé. Découvrir gratuitement Pappers Justice +

Suggestions de l'IA

Texte intégral

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS I - Sur le pourvoi n° D 00-14.769 formé par : 1 / le Syndicat des copropriétaires de la copropriété résidence Les Lavandes, quartier Les Lecques, 83270 Saint-Cyr-sur-Mer, agissant par son syndic en exercice la société URBIMMO, société à responsabilité limitée, dont le siège est La Madrague, place du Hameau, 83270 Saint-Cyr-sur-Mer, 2 / M. Maurice AF..., demeurant ..., 3 / M. Albert AR..., demeurant ..., 4 / M. Guy YO..., demeurant ..., 5 / M. Lucien P..., demeurant ..., 6 / M. François AZ..., demeurant ..., 7 / M. René XB..., demeurant ..., 8 / M. Henri ZU..., demeurant ..., 9 / M. Norbert YY..., demeurant ..., 10 / M. Maximilien XZ..., demeurant ..., 11 / Mme Mireille XU..., demeurant ..., 12 / M. Joseph AG..., demeurant ..., Les Micocouliers, 13010 Marseille, 13 / M. Vito XP..., demeurant ..., 14 / M. Gaëtan YP... XM..., demeurant ..., 15 / M. Lucien XO..., demeurant ..., 16 / M. André AD..., demeurant ..., 17 / M. André XR..., demeurant ..., 18 / M. Lucien AY..., demeurant ..., 19 / M. François T..., demeurant ..., 20 / Mme Edith XT..., demeurant ..., 21 / M. Lucien YK..., demeurant ..., 22 / M. Pierre C..., demeurant ..., 23 / Mme Brigitte L..., demeurant ..., 24 / M. Etienne AQ..., demeurant ..., 14310 Villers-Bocage, 25 / M. André ZO..., demeurant ..., 26 / M. Patrick ZO..., demeurant ..., 27 / M. Alfred ZY..., demeurant ..., 28 / M. Claude G..., demeurant 15, place H. Neveu, 92700 Colombes, 29 / M. Assouly I..., demeurant ..., 30 / M. François ZF..., demeurant ..., 31 / Mme Hélène R..., demeurant ..., 32 / M. Pierre ZJ..., demeurant ..., 33 / Mme Brigitte YI..., demeurant ..., 34 / M. Antoine ZH..., demeurant ..., 35 / M. Gérard ZS..., demeurant ..., 36 / M. Gérard AB..., demeurant ..., Les Lecques, 83270 Saint-Cyr-sur-Mer, 37 / M. Jacky YQ..., demeurant ..., 38 / M. Jean-Guy YL..., demeurant Dablet, quartier de la Gare, 84110 Vaison, 39 / M. Gérard XQ..., demeurant ..., 40 / M. ZM... Casse, demeurant ..., VA 22180, SE, Vienna (Autriche), 41 / M. Fernand XA..., demeurant ..., bâtiment D, ..., 42 / M. Alain ZV..., demeurant ..., 43 / M. Manor A..., demeurant ..., 44 / M. Albert XE..., demeurant 20, place F. Lesuire, 13850 Créalque, 45 / M. Pierre AM..., demeurant ..., 46 / M. Yvan YF..., demeurant ..., 47 / Mme Evelyne Z..., demeurant Lucerne 6003, Winkelried Str. 11 (Suisse), 48 / M. Bernard XD..., demeurant ..., 49 / M. Jean J..., demeurant logement infirmiers, bâtiment A, Hôpital Sainte-Marguerite, 13009 Marseille, 50 / M. Jacques AK..., demeurant ... de Servières, 13015 Marseille, 51 / Mme Gisèle AW..., demeurant Campagne de la Treille, Les Ombrées II, 13011 Marseille, 52 / M. Daniel XV..., demeurant ..., 53 / Mme Marie-Jeanne XF... Léonardo, demeurant Ts Jérane, Les Tilleuls, 13013 Marseille, 54 / M. Jacques YC..., demeurant Les Vieux Cyprès, bâtiment G6, La Rose, 13013 Marseille, 55 / M. Jean ZI..., demeurant ..., 56 / M. Charles F..., demeurant ..., 57 / M. Claude YN..., demeurant ..., 58 / Mme Claire XL..., demeurant ..., 59 / M. Jean-Paul D..., demeurant ..., 60 / M. Moïse B..., demeurant ..., bâtiment C, appartement 3, 13010 Marseille, 61 / M. Jean-Charles ZT..., demeurant 2, Cité des Chênes, 40110 Morcenx, 62 / M. Bernard Q..., demeurant ..., 63 / Mme Claudette X..., demeurant ..., 64 / M. Paul AX..., demeurant ... 02 (Maroc), 65 / Mme Lucie XW..., demeurant ..., 66 / M. Christian AN..., demeurant ..., 67 / Mme Claudine YT..., demeurant ..., 68 / M. Roger ZQ..., demeurant ..., bâtiment B, ..., 69 / Mme Pierrette AL..., demeurant E 1 Valmante, 13009 Marseille, 70 / M. Albert XG..., demeurant résidence Les Barronées, bâtiment E, ..., 71 / Mme Michèle YR..., demeurant ... Marseille, 72 / M. Henri AE..., demeurant ..., 73 / M. Roger U..., demeurant ..., 74 / Mme Elisabeth XI..., demeurant ..., 75 / M. Jean XN..., demeurant ..., 76 / M. Claude YE..., demeurant ..., 77 / M. Georges YB..., demeurant ..., 78 / M. Jean-Claude ZD..., demeurant ... Marseille, 79 / M. Norbert XJ..., demeurant ..., 80 / Mme Francine YX..., demeurant ..., 81 / M. Bernard O..., demeurant ..., 82 / M. Georges AP..., demeurant ..., 83 / M. Nicolas YV..., demeurant 26, rue R. Chantal, 13009 Marseille, 84 / Mme Lucie YU..., demeurant ..., 85 / M. Marcel K..., demeurant Les Ormes, bâtiment C, ..., 86 / M. Richard YH..., demeurant ..., 87 / M. Daniel AJ..., demeurant Le Gibraltar, 13013 Marseille, 88 / M. Jean-Paul ZR..., demeurant ..., 89 / M. Gérard ZE..., demeurant ..., 90 / M. Gérard AI..., demeurant 30, rue du collège Barnauc, 38120 Saint-Egrève, 91 / M. Roger ZX..., demeurant ..., 92 / M. Roger AO..., demeurant ... du Bon Secours, 13003 Marseille, 93 / M. Louis ZG..., demeurant ... 2, 13600 La Ciotat, 94 / M. Georges XH..., demeurant ..., 95 / M. Jean-Pierre ZP..., demeurant place du Marché, 13006 La Ciotat, 96 / M. Gilbert AH..., demeurant ..., 97 / Mme Hélyette S..., demeurant ..., 98 / Mme Hélène E..., demeurant ..., 99 / M. René AA..., demeurant ..., 100 / M. Joseph ZN..., demeurant ..., 101 / M. Jean-Marie XK..., demeurant ..., 102 / M. Claude Y..., demeurant ..., 103 / M. Jean YM..., demeurant ... de Mai, 13003 Marseille, 104 / M. YS... Viola, demeurant ..., 105 / Mme Nicole YW..., demeurant ..., 106 / M. René N..., demeurant Les Floralis du Prado, ..., 107 / M. Roger YG..., demeurant ..., 108 / M. Daniel V..., demeurant 13, routes des Ardennes, 42152 L'Horne, 109 / M. Bernard XX..., demeurant ..., 110 / Mme veuve ZK..., demeurant ..., 111 / Mme Yvette YJ..., demeurant XY... Catherine, bâtiment B, avenue Campagne Berger, Le Cahot, 13009 Marseille, 112 / M. André YZ... YA..., demeurant ..., 113 / Mme Henriette ZL..., demeurant ..., 114 / M. Robert M..., demeurant ..., 115 / M. Henri XS..., demeurant ..., 116 / M. Robert ZA..., demeurant ..., 117 / M. Gérard AO..., demeurant ..., 118 / Mme Georgette ZZ..., veuve AO..., demeurant ..., 119 / Mme Danielle AO..., épouse AC..., demeurant ..., 120 / Mme Mireille AO..., épouse XC..., demeurant ..., 121 / M. Michel AO..., demeurant ..., en cassation d'un arrêt rendu le 20 janvier 2000 par la cour d'appel d'Aix-en-Provence (3e chambre civile), au profit : 1 / de la société COGECO, dont le siège ..., représentée par M. Serge Gobin, 2 / de M. ZB..., ès qualités de liquidateur de la société COGECO, domicilié ..., 3 / de la société SECTP, dont le siège est ..., 4 / de la société Commercial union assurances, société anonyme, dont le siège est ..., 5 / de M. René H..., domicilié ..., ès qualités de représentant des créanciers de la société Allard et Garam, 6 / de l'Entreprise Allard et Garam, dont le siège est ..., 7 / de Mme Mireille ZW..., domiciliée ..., ès qualités de liquidateur de la société SECCHI, 8 / de la compagnie d'assurances Mutuelle générale française accidents, dont le siège est ..., assureur de la SCI pour le hameau ABC, pris en la personne de son gérant local, le Cabinet Tarrazi Recouing, dont le siège est ..., 9 / du GFA, société AM Prudence, société anonyme, dont le siège est ..., assureur de la SCI pour le hameau D, dont le siège est 21, place Cémard, 34500 Béziers, 10 / de la société civile immobilière (SCI) Les Lavandes, dont le siège est ..., 11 / de la société Aménagements techniques conception (ATC), dont le siège est Le Trident, rue J. Perrin, zone industrielle Les Milles, 13290 Les Milles, 12 / de la Société mutuelle d'assurance du bâtiment et des travaux publics (SMABTP), dont le siège est ..., 13 / de la compagnie d'assurances GAN, dont le siège est ..., venant aux droits de la Compagnie du Soleil, defendeurs à la cassation ; II - Sur le pourvoi n° X 00-14.901 formé par la société civile immobilière (SCI) Les Lavandes, dont le siège est ..., prise en la personne de son gérant M. François YD..., en cassation du même arrêt rendu au profit : 1 / du syndicat des copropriétaires de la résidence Les Lavandes, quartier Les Lecques, 2 / de M. Maurice AF..., 3 / de M. Albert AR..., 4 / de M. Guy YO..., 5 / de M. Lucien P..., 6 / de M. François AZ..., 7 / de M. René XB..., 8 / de M. Henri ZU..., 9 / de M. Norbert YY..., 10 / de M. Maximilien XZ..., 11 / de Mme Mireille XU..., 12 / de M. Joseph AG..., 13 / de M. Vito XP..., 14 / de M. Gaëtan YP... XM..., 15 / de M. Lucien XO..., 16 / de M. André AD..., 17 / de M. André XR..., 18 / de M. Lucien AY..., 19 / de M. François T..., 20 / de Mme Edith XT..., 21 / de M. Lucien YK..., 22 / de M. Pierre C..., 23 / de Mme Brigitte L..., 24 / de M. Etienne AQ..., 25 / de M. André ZO..., 26 / de M. Patrick ZO..., 27 / de M. Alfred ZY..., 28 / de M. Claude G..., 29 / de M. Assouly I..., 30 / de M. François ZF..., 31 / de Mme Hélène R..., 32 / de M. Pierre ZJ..., 33 / de Mme Brigitte YI..., 34 / de M. Antoine ZH..., 35 / de M. Gérard ZS..., 36 / de M. Gérard AB..., 37 / de M. Jacky YQ..., 38 / de M. Jean-Guy YL..., 39 / de M. Gérard XQ..., 40 / de M. ZM... Casse, 41 / de M. Fernand XA..., 42 / de M. Alain ZV..., 43 / de M. Manor A..., 44 / de M. Albert XE..., 45 / de M. Pierre AM..., 46 / de M. Yvon YF..., 47 / de Mme Evelyne Z..., 48 / de M. Bernard XD..., 49 / de M. Jean J..., 50 / de M. Jacques AK..., 51 / de Mme Gisèle AW..., 52 / de M. Daniel XV..., 53 / de Mme Marie-Jeanne XF... Léonardo, 54 / de M. Jacques YC..., 55 / de M. Jean ZI..., 56 / deM. Charles F..., 57 / de M. Claude YN..., 58 / de Mme Claire XL..., 59 / de M. Jean-Paul D..., 60 / de M. Moïse B..., 61 / de M. Jean-Charles ZT..., 62 / de M. Bernard Q..., 63 / de Mme Claudette X..., 64 / de M. Paul AX..., 65 / de Mme Lucie XW..., 66 / de M. Christian AN..., 67 / de Mme Claudine YT..., 68 / de M. Roger ZQ..., 69 / de Mme Pierrette AL..., 70 / de M. Albert XG..., 71 / de Mme Michèle YR..., 72 / de M. Henri AE..., 73 / de M. Roger U..., 74 / de Mme Elisabeth XI..., 75 / de M. Jean XN..., 76 / de M. Claude YE..., 77 / de M. Georges YB..., 78 / de M. Jean-Claude ZD..., 79 / de M. Norbert XJ..., 80 / de Mme Francine YX..., 81 / de M. Bernard O..., 82 / de M. Georges AP..., 83 / de M. Nicolas YV..., 84 / de Mme Lucie YU..., 85 / de M. Marcel K..., 86 / de M. Richard YH..., 87 / de M. Daniel AJ..., 88 / de M. Jean-Paul ZR..., 89 / de M. Gérard ZE..., 90 / de M. Gérard AI..., 91 / de M. Roger ZX..., 92 / de M. Roger AO..., 93 / de M. Louis ZG..., 94 / de M. Georges XH..., 95 / de M. Jean-Pierre ZP..., 96 / de M. Gilbert AH..., 97 / de Mme Hélyette S..., 98 / de Mme Hélène E..., 99 / de M. René AA..., 100 / de M. Joseph ZN..., 101 / de M. Jean-Marie XK..., 102 / de M. Claude Y..., 103 / de M. Jean YM..., 104 / de M. YS... Viola, 105 / de Mme Nicole YW..., 106 / de M. René N..., 107 / de M. Roger YG..., 108 / de M. Daniel V..., 109 / de M. Bernard XX..., 110 / de Mme veuve ZK..., 111 / de Mme Yvette YJ..., 112 / de M. André YZ... YA..., 113 / de Mme Henriette ZL..., 114 / de M. Robert M..., 115 / de M. Henri XS..., 116 / de M. Robert ZA..., 117 / de M. Gérard AO..., 118 / de Mme Georgette ZZ..., veuve AO..., 119 / de Mme Danielle AO..., épouse AC..., 120 / de Mme Mireille AO..., épouse XC..., 121 / de M. Michel AO..., 122 / de la société COGECO, 123 / de M. ZB..., ès qualités, 124 / de la société SECTP, 125 / de la société Commercial union assurances, 126 / de M. René H..., ès qualités, 127 / de l'Entreprise Allard et Garam, 128 / de Mme Mireille ZW..., ès qualités, 129 / de la compagnie d'assurances Mutuelle générale française accidents, devenue Mutuelles du Mans, pris en la personne de son gérant local le cabinet Tarrazi-Recouing, 130 / du GFA, société AM Prudence, 131 / de la société Aménagements techniques conception (ATC), 132 / de la Société mutuelle d'assurance du bâtiment et des travaux publics (SMABTP), 133 / de la compagnie d'assurances GAN, venant aux droits de la Compagnie du Soleil, défendeurs à la cassation ; Sur le pourvoi n° D OO-14.769 : Les demandeurs invoquent, à l'appui de leur recours, les deux moyens de cassation annexés au présent arrêt ; Sur le pourvoi n° X 00-14.901 : La société SECTP a formé, par un mémoire déposé au greffe le 4 janvier 2001, un pourvoi incident et un pourvoi provoqué contre le même arrêt ; La demanderesse au pourvoi principal invoque, à l'appui de son recours, les deux moyens de cassation annexés au présent arrêt ; La demanderesse au pourvoi incident et au pourvoi provoqué invoque, à l'appui de ses recours, un moyen unique sur chacun des pourvois annexé au présent arrêt ; LA COUR, en l'audience publique du 6 novembre 2001, où étaient présents : M. Weber, président, M. Villien, conseiller rapporteur, Mlle Fossereau, MM. Chemin, Cachelot, Martin, Mme Lardet, conseillers, Mmes Fossaert-Sabatier, Boulanger, conseillers référendaires, M. Guérin, avocat général, Mlle Jacomy, greffier de chambre ; Sur le rapport de M. Villien, conseiller, les observations de Me Le Prado, avocat de la société civile immobilière (SCI) Les Lavandes, de la SCP de Chaisemartin et Courjon, avocat du Syndicat des copropriétaires de la résidence Les Lavandes, quartier Les Lecques à Saint-Cyr-sur-Mer et de MM. AF..., AR..., YO..., P..., AZ..., XB..., ZU..., YY..., XZ..., ZC... XU..., MM. AG..., XP..., YP... XM..., XO..., AD..., XR..., AY..., T..., de Mme XT..., de MM. YK..., C..., de Mme L..., de MM. Wapler, André et Patrick ZO..., ZY..., G..., I..., ZF..., de Mme R..., de M. ZJ..., de Mme YI..., de MM. ZH..., ZS..., AB..., YQ..., YL..., XQ..., Casse, XA..., ZV..., A..., XE..., AM..., YF..., de Mme Z..., de MM. XD..., J..., AK..., de Mme AW..., de M. XV..., de Mme XF... Léonardo, de MM. YC..., ZI..., F..., YN..., de Mme XL..., de MM. D..., B..., ZT..., Q..., de Mme X..., de M. AX..., de Mme XW..., de M. AN..., de Mme YT..., de M. ZQ..., de Mme AL..., de M. XG..., de Mme YR..., de MM. AE..., U..., de Mme XI..., de MM. XN..., YE..., YB..., ZD..., XJ..., de Mme YX..., de MM. O..., AP... YV..., de Mme YU..., de MM. K..., YH..., AJ..., ZR..., ZE..., AI..., ZX..., AO..., ZG..., XH..., ZP..., AH..., de Mmes S..., E..., de MM. AA..., ZN..., XK..., Y..., Le Draison, Viola, de Mme YW..., de MM. N..., YG..., V..., XX..., de Mmes ZK..., YJ..., de M. Guerel YA..., de Mme ZL..., de MM. M..., XS..., ZA..., des consorts AO..., de Me Blanc, avocat de la société SECTP, de la SCP Masse-Dessen, Georges et Thouvenin, avocat de la compagnie d'assurances Mutuelle générale française accidents, devenue Mutuelles du Mans assurances, de la société GFA AM Prudence et de la compagnie d'assurances GAN, venant aux droits de la Compagnie du Soleil, de Me Odent, avocat de l'Entreprise Allard et Garam, de la société Aménagements techniques conception (ATC) et de la Société mutuelle d'assurance du bâtiment et des travaux publics (SMABTP), de la SCP Peignot et Garreau, avocat de la société Commercial union assurances, de la SCP Vier et Barthélemy, avocat de Mme ZW..., ès qualités, les conclusions de M. Guérin, avocat général, et après en avoir délibéré conformément à la loi ; Joint les pourvois n° D 00-14.769 et X 00-14.901 ;

Sur le premier moyen

du pourvoi n° D 00-14.769, le premier moyen du pourvoi X 00-14.901, pris en ses trois premières branches, le second moyen du pourvoi n° X 00-14.901, pris en ses deuxième et troisième branches, et le moyen unique du pourvoi incident, réunis : Attendu, selon l'arrêt attaqué (Aix-en-Provence, 20 janvier 2000), que la société civile immobilière Les Lavandes (SCI), assurée par la Mutuelle générale française accidents (MGFA), devenue Mutuelles du Mans assurances (MMA), et, partiellement, par le Groupement français d'assurances (GFA), devenu AM Prudence, selon polices "maîtres d'ouvrage", a fait édifier à partir de 1975 un groupe d'immeubles ; que la société ATC, assurée par la Société mutuelle d'assurance du bâtiment et des travaux publics (SMABTP), et la société SOGECO, depuis lors en liquidation judiciaire, ont exercé des fonctions de maîtrise d'oeuvre ; que sont intervenues dans la construction la Société équipement de construction et de travaux publics (SECTP), assurée par la compagnie Commercial union, la société Allard et Garam, depuis lors en redressement judiciaire, assurée par la SMABTP, et la société SECCHI, aujourd'hui en liquidation judiciaire ; que des désordres ayant été constatés, le syndicat des copropriétaires de la résidence Les Lavandes, ainsi que cent-vingt et un copropriétaires, agissant à titre individuel, ont assigné en réparation de leur préjudice le maître de l'ouvrage, les constructeurs et les assureurs, qui ont formé entre eux des actions récursoires ; que la compagnie d'assurances Le Soleil, aux droits de laquelle vient la compagnie d'assurances GAN, a été également mise en cause en qualité d'assureur de la société SECCHI ; Attendu que le syndicat des copropriétaires de la résidence Les Lavandes, les copropriétaires, agissant à titre individuel, la SCI et la SECTP font grief à l'arrêt de prononcer les condamnations mises à la charge de la SCI et de la SECTP au profit des copropriétaires sur le fondement de la responsabilité contractuelle de droit commun, et de mettre hors de cause les assureurs, alors, selon le moyen : 1 / que l'objet du litige est déterminé par les prétentions respectives des parties ; qu'en l'espèce, aucune partie n'avait contesté l'existence de la réception des ouvrages litigieux ; que tout au contraire, dans leurs conclusions d'appel, les constructeurs et leurs assureurs se prévalaient formellement de ladite réception à l'appui de l'exception de prescription de l'action en garantie décennale qu'ils invoquaient ; qu'en se fondant dès lors sur la prétendue absence de réception des ouvrages en cause, pour retenir que la responsabilité de la SCI et des différents locateurs d'ouvrage ne pouvait être engagée que sur un fondement contractuel, la cour d'appel a méconnu les termes du litige et violé l'article 4 du nouveau Code de procédure civile ; 2 / que le juge doit, en toutes circonstances observer lui-même le principe de la contradiction et ne peut relever d'office un moyen, fût-il d'ordre public et de pur droit, sans avoir préalablement invité les parties à présenter leurs observations ; que dès lors en relevant d'office, sans provoquer les explications préalables des parties, le moyen tiré de l'absence de réception des ouvrages, exclusive de l'application de la garantie décennale, la cour d'appel a violé l'article 16 du nouveau Code de procédure civile ; 3 / que si l'ouvrage est en état d'être reçu, la réception peut intervenir, même en l'absence de procès-verbal, par la prise de possession des lieux ou la mise en service de l'ouvrage ; qu'en se bornant en l'espèce à retenir qu'en l'absence de production des procès-verbaux de réception et d'indications supplémentaires des parties, la réception des ouvrages n'avait pas eu lieu, sans rechercher si elle ne résultait pas de la prise par possession des lieux par les copropriétaires ou de la mise en service des ouvrages, dont la construction était achevée depuis 1980, la cour d'appel a privé sa décision de base légale au regard de l'article 1792-6 du Code civil ; 4 / que le juge ne doit pas méconnaître l'objet du litige ni modifier le fondement juridique invoqué lorsque les parties l'ont lié par les qualifications et points de droit auxquelles elles entendent limiter le débat ; que la cour d'appel, qui a condamné la SCI à la réparation de dommages sur le fondement de la responsabilité contractuelle, en se fondant sur l'absence de preuve de réception, bien que les demandeurs se prévalaient de la garantie décennale, en se bornant à contester le point de départ de cette garantie pour trois des quatre bâtiments en cause, et que les autres parties qui avaient conclu sur la réception avaient invoqué cette dernière, a violé les articles 4 et 12 du nouveau Code de procédure civile ; 5 / que, s'agissant des désordres affectant le bâtiment D, les demandeurs avaient invoqué la garantie décennale et contesté les effets de la réception, invoquée par l'assureur du maître d'ouvrage, en se prévalant du caractère caché de vices ; que la cour d'appel, qui a accueilli la demande des copropriétaires et de leur syndicat contre la SCI, sur un fondement contractuel en l'absence de preuve de réception, a violé les articles 4 et 12 du nouveau Code de procédure civile ; 6 / que le juge doit, en toutes circonstances, faire observer et observer lui-même le principe de la contradiction ; que la cour d'appel qui, saisie d'une demande de réparation de désordres sur le fondement de la garantie décennale, a condamné la SCI sur le fondement de la responsabilité contractuelle, en retenant d'office l'absence de preuve de réception des travaux du bâtiment D, sans inviter les parties à s'en expliquer contradictoirement, a violé l'article 16 du nouveau Code de procédure civile ; 7 / que la compagnie Mutuelles du Mans, sans invoquer de clause relative à ses garanties avant réception, a fait valoir que le hameau A avait fait l'objet d'une réception au mois de juillet 1976 et les hameaux B et C, en août 1977, et que la compagnie GFA a invoqué la réception prononcée, en faisant observer que les vices apparents étaient prescrits par celle-ci ; que la cour d'appel qui, pour écarter la garantie des assureurs, a retenu que les conditions de la garantie avant réception n'étaient pas réunies, en se fondant sur l'absence de réception, a violé l'article 4 du nouveau Code de procédure civile ; 8 / que le juge doit, en toutes circonstances, faire observer et observer lui-même le principe de la contradiction ; que la cour d'appel qui, pour écarter la garantie des compagnies MGFA (Mutuelles du Mans assurances) et GFA, s'est fondée sur des stipulations de la police non invoquées par celles-ci, a violé l'article 16 du nouveau Code de procédure civile ; 9 / qu'en se fondant sur une prétendue absence de réception des ouvrages pour retenir la responsabilité contractuelle de la SCI et de la SECTP quand celles-ci ne contestaient pas l'existence d'une réception des travaux, la cour d'appel a méconnu les termes du litige (violation de l'article 4 du nouveau Code de procédure civile) ; 10 / que le juge, qui doit observer le principe du contradictoire, ne peut relever un moyen d'office sans provoquer la discussion des parties ; que la cour d'appel ne pouvait donc relever d'office le moyen tiré de l'absence de réception et de la non-application de la garantie décennale sans inviter préalablement les parties à s'expliquer sur ce moyen (violation de l'article 16 du nouveau Code de procédure civile) ;

Mais attendu

qu'ayant souverainement relevé que les procès-verbaux de réception des ouvrages n'avaient pas été communiqués à l'expert et n'avaient pas été versés aux débats en cause d'appel, et que les parties n'avaient pas fourni d'indications permettant de considérer que les immeubles auraient fait l'objet d'une ou plusieurs réceptions tacites, la cour d'appel, qui était saisie de conclusions du syndicat des copropriétaires revendiquant, à titre subsidiaire, la condamnation de la SCI sur le fondement de la responsabilité contractuelle, qui n'était donc pas tenue de rouvrir les débats de ce chef, et qui a procédé à la recherche prétendument omise sur l'existence éventuelle de réceptions tacites, a pu retenir, sans modifier l'objet du litige et sans violer le principe de la contradiction, abstraction faite de motifs surabondants relatifs aux garanties d'assurance avant réception, que la responsabilité du maître de l'ouvrage était engagée sur le fondement contractuel, et que la garantie des assureurs, notamment de la MGFA et du GFA, n'était pas due, compte tenu de l'absence de preuve de la réception des ouvrages, excluant l'application de la garantie décennale ; D'où il suit que le moyen n'est pas fondé ;

Sur le second moyen

du pourvoi n° D 00-14.769 : Attendu que le syndicat des copropriétaires et les copropriétaires, agissant à titre individuel, font grief à l'arrêt de rejeter leurs demandes formées contre la compagnie GAN, alors, selon le moyen, que l'objet du litige est déterminé par les prétentions respectives des parties ; qu'en l'espèce, aucune partie et spécialement M. ZW..., intervenant à l'instance, ès qualités de liquidateur de la société SECCHI, ne contestait que la compagnie d'assurances Le Soleil, défaillante, était l'assureur de la société SECCHI pour l'opération de construction litigieuse ; qu'en retenant dès lors, pour mettre hors de cause la compagnie Le Soleil, que la preuve n'était pas rapportée qu'elle serait l'assureur de l'entreprise Secchi, la cour d'appel a méconnu les termes du litige et violé l'article 4 du nouveau Code de procédure civile ;

Mais attendu

que la cour d'appel, ayant souverainement retenu que n'était pas rapportée la preuve que la responsabilité de la société Secchi pourrait être engagée, et qu'il n'était pas établi que la compagnie d'assurances Le Soleil ait été l'assureur de cette entreprise, le moyen n'est pas fondé ;

Sur le premier moyen

du pourvoi n° X 00-14.901, pris en sa quatrième branche :

Attendu que la SCI fait grief à

l'arrêt de la condamner à payer des sommes au syndicat des copropriétaires et à des copropriétaires, agissant à titre individuel, alors, selon le moyen, que tenus de motiver leur décision, les juges doivent préciser et analyser les éléments de preuve sur lesquels ils se fondent ; que la cour d'appel, qui a augmenté les condamnations prononcées contre la SCI, en tenant compte de désordres non pris en considération par l'expert, sans analyser ni même indiquer les éléments de preuve sur lesquels elle se fondait, notamment quant à leur chiffrage, n'a pas satisfait aux exigences des articles 455 et 458 du nouveau Code de procédure civile ;

Mais attendu

qu'ayant constaté que les pièces produites établissaient que des portes d'entrée étaient trop fragiles, que des dispositifs d'évacuation d'eau pluviale des terrasses salissaient les façades, que des carrelages étaient fissurés, ou ne permettaient pas l'écoulement normal de l'eau, que les grilles de ventilation des vides sanitaires permettaient aux eaux de pluie de s'introduire dans l'immeuble, que des appartements avaient été dégradés par suite de l'absence de ventilation, et que certains copropriétaires avaient subi des inondations et des troubles de jouissance, et exactement énoncé que la SCI était contractuellement tenue de livrer les locaux exempts de vices, la cour d'appel a pu retenir que les désordres constatés engageaient la responsabilité du maître de l'ouvrage, et que devait être mis à sa charge le coût de leur réparation, dont elle a souverainement évalué le montant ; D'où il suit que le moyen n'est pas fondé ;

Sur le second moyen

du pourvoi n° X 00-14.901, pris en sa première branche :

Attendu que la SCI fait grief à

l'arrêt de rejeter ses demandes contre le MGFA et le GFA, alors, selon le moyen, que l'appel incident relevé par un intimé contre un autre intimé, non comparant, doit être formé par voie d'assignation ; que la cour d'appel, qui a infirmé le jugement décidant que les compagnies MGFA (Mutuelles du Mans assurances) et GFA devraient garantir la SCI des condamnations prononcées contre elle, sans constater que la SCI, assignée et réassignée à la requête des seuls demandeurs, se soit vue signifier l'appel incident formé par ses assureurs, a violé les articles 14 et 16 du nouveau Code de procédure civile, ensemble les articles 68, 548 et 551 du même Code ;

Mais attendu

qu'il résulte des pièces de procédure produites devant la Cour de Cassation que l'appel incident de la MGFA et du GFA n'était pas dirigé contre la SCI, mais contre le syndicat des copropriétaires, et qu'à la suite de l'arrêt avant-dire droit rendu par la cour d'appel le 28 novembre 1996, ordonnant la réassignation de la SCI, le syndicat, procédant à cette diligence, a fait notifier à la SCI le 4 février 1999 les conclusions de la MGFA et du GFA, ainsi que l'arrêt lui-même, qui étaient de nature à faire connaître à la SCI la position de ces assureurs sur la limitation de garantie aux seuls désordres de caractère décennal qu'ils opposaient au syndicat des copropriétaires, demandeur principal ; D'où il suit que le moyen n'est pas fondé

Sur le moyen

unique du pourvoi provoqué :

Attendu que la SECTP fait grief à

l'arrêt de rejeter le recours en garantie formé contre la compagnie GAN, alors, selon le moyen, qu'en l'état des conclusions récapitulatives de la SECTP, déposées et signifiées le 7 octobre 1999, dans lesquelles celle-ci indiquait être assurée auprès du GAN par l'intermédiaire d'un courtier, avoir fait une déclaration de sinistre et avoir régulièrement mis en cause son assureur, la cour d'appel, qui a mentionné que la compagnie GAN avait été "intimée" mais "défaillante", devait indiquer sur quels éléments elle se fondait pour décider que cette compagnie n'avait pas été mise en cause et que la preuve du contrat d'assurances n'était pas rapportée (violation de l'article 455 du nouveau Code de procédure civile) ;

Mais attendu

que c'est souverainement que la cour d'appel, examinant les allégations de la SECTP, a retenu que cet entrepreneur ne justifiait pas être assuré auprès de la compagnie GAN ; D'où il suit que le moyen n'est pas fondé ;

PAR CES MOTIFS

: REJETTE les pourvois ; Laisse à chaque demandeur la charge des dépens afférents à son pourvoi ; Vu l'article 700 du nouveau Code de procédure civile, rejette les demandes de la société SECTP, de Mme ZW..., ès qualités, de la société ATC, de l'entreprise Allard et Garam, des Mutuelles du Mans, de la compagnie GFA-AM Prudence, de la société Aménagements techniques conception, de la Société mutuelle d'assurance du bâtiment et des travaux publics (SMABTP), du syndicat des copropriétaires résidence Les Lavandes à Saint-Cyr-sur-Mer, et de la compagnie GAN ; Ainsi fait et jugé par la Cour de Cassation, Troisième chambre civile, et prononcé par le président en son audience publique du douze décembre deux mille un.