Cour de cassation, Chambre sociale, 20 février 1991, 89-42.288, Publié au bulletin

Portée majeure
Mots clés
contrat de travail, rupture • licenciement • salarié protégé • mesures spéciales • conditions • institution représentative du personnel de même nature que celles prévues par le code du travail • représentant syndical au comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (non) • institution représentative du personnel de même nature que celles prévues par le Code du travail • représentant syndical au comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail

Chronologie de l'affaire

Cour de cassation
20 février 1991
Cour d'appel d'Aix-en-Provence
31 janvier 1989

Synthèse

  • Juridiction : Cour de cassation
  • Numéro de pourvoi :
    89-42.288
  • Dispositif : Rejet.
  • Publication : Publié au bulletin
  • Décision précédente :Cour d'appel d'Aix-en-Provence, 31 janvier 1989
  • Identifiant Légifrance :JURITEXT000007026124
  • Identifiant Judilibre :6079b1569ba5988459c51b95
  • Président : M. Cochard
  • Avocat général : M. Franck
  • Avocat(s) : la SCP Masse-Dessen, Georges et Thouvenin, la SCP Peignot et Garreau, M. Boullez.
Voir plus

Résumé

Résumé généré
Résumé de la juridiction
Vous devez être connecté pour pouvoir générer un résumé. Découvrir gratuitement Pappers Justice +

Suggestions de l'IA

Texte intégral

.

Sur le premier moyen

: Attendu, selon les énonciations des juges du fond, que M. X..., représentant syndical, en application d'un accord collectif, au comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail des Chantiers du Nord et de la Méditerranée, a été licencié le 25 janvier 1983 dans les formes du droit commun ;

Attendu que M. X... fait grief à

l'arrêt confirmatif attaqué (Aix-en-Provence, 31 janvier 1989), d'avoir décidé qu'il n'avait pas la qualité de salarié protégé et de l'avoir débouté de sa demande de réintégration, alors que la protection légale des salariés investis d'un mandat représentatif doit s'étendre aux représentants syndicaux auprès du comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail désignés en application d'un accord collectif, conformément aux dispositions de l'article L. 236-13 du Code du travail ;

qu'en décidant

autrement, la cour d'appel a violé ledit article L. 236-13 et les articles L. 236-11 et L. 436-1 et suivants du Code du travail ; Mais attendu que les institutions représentatives du personnel créées par voie conventionnelle doivent, pour ouvrir à leurs membres le bénéfice de la procédure spéciale protectrice prévue en faveur des représentants du personnel et des syndicats, être de même nature que celles prévues par le Code du travail ; que tel n'est pas le cas des représentants syndicaux au comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail, dont l'existence n'est pas prévue par le Code du travail ; D'où il suit que le moyen n'est pas fondé ;

Sur le second moyen

: (sans intérêt) ;

PAR CES MOTIFS

: REJETTE le pourvoi