Cour administrative d'appel de Lyon, 14 mai 1990, 89LY00792

Mots clés
responsabilite de la puissance publique • reparation • prejudice • caractere indemnisable du prejudice • autres conditions • requête • préjudice • réparation • statuer • pouvoir • rapport • recevabilité

Synthèse

  • Juridiction : Cour administrative d'appel de Lyon
  • Numéro d'affaire :
    89LY00792
  • Nature : Texte
  • Identifiant Légifrance :CETATEXT000007454232
  • Rapporteur : du GRANRUT
  • Rapporteur public :
    RICHER
Voir plus

Résumé

Vous devez être connecté pour pouvoir générer un résumé. Découvrir gratuitement Pappers Justice +

Suggestions de l'IA

Texte intégral

Vu l'ordonnance

du président de la 6e sous- section de la Section du contentieux du Conseil d'Etat en date du 2 février 1989 transmettant à la cour, en application de l'article 17 du décret n° 88-906 du 2 septembre 1988, la requête visée ci-après ;

Vu la requête

sommaire et le mémoire ampliatif, enregistrés au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, les 16 janvier et 24 août 1988, présentés par la S.C.P. VIER-BARTHELEMY, avocat aux Conseils, pour Monsieur Barthélémy X... demeurant à VALUEJOLS 15300 MURAT ; M. X... demande l'annulation du jugement du 10 décembre 1987 par lequel le tribunal administratif de CLERMONT-FERRAND a rejeté sa demande tendant à : 1) ce que la commune de VALUEJOLS soit condamnée à procéder à l'expulsion de M. Y... de la concession qu'elle lui a accordée dans le cimetière communal ; 2) ce que ladite commune soit condamnée à lui verser la somme de 50 000 francs en réparation du préjudice subi ; Vu les autres pièces du dossier ; Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ; Vu la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ; Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ; Après avoir entendu au cours de l'audience du 3 avril 1990 : - le rapport de Mme du GRANRUT, conseiller ; - et les conclusions de M. RICHER, commissaire du gouvernement ; Sans qu'il soit besoin de statuer sur la recevabilité de la requête :

Considérant que

l'affaire était en état d'être jugée avant la date du décès de M. X..., intervenu le 1er mai 1989 ; que, dès lors, il y a lieu de statuer sur sa requête ; Considérant, d'une part, que le juge administratif n'a pas le pouvoir d'adresser des injonctions à l'administration ; Considérant, d'autre part, que le préjudice dont M. X... demandait réparation a été, en l'espèce, suffisamment réparé par la décision prise par la commune de lui accorder un nouvel emplacement d'une superficie plus importante ; que c'est, dès lors, à bon droit que le tribunal administratif a estimé que le requérant ne justifiait d'aucun préjudice indemnisable et a, par ce motif, rejeté la demande dont il était saisi ; Sur l'appel incident de la commune de VALUEJOLS : Considérant que par le jugement attaqué, le tribunal administratif de CLERMONT-FERRAND a intégralement rejeté la demande de M. X... ; que, par suite, la commune est sans intérêt, et partant sans qualité pour poursuivre l'annulation dudit jugement ;

Article 1er

: La requête de Monsieur X... est rejetée. Article 2 : L'appel incident de la commune de VALUEJOLS est rejeté.