Tribunal administratif de Lyon, 13 février 2024, 2401397

Mots clés
rapport • risque • requête • absence • mitoyenneté • requis • sapiteur • serment • tiers

Synthèse

  • Juridiction : Tribunal administratif de Lyon
  • Numéro d'affaire :
    2401397
  • Nature : Décision
Voir plus

Résumé

Vous devez être connecté pour pouvoir générer un résumé. Découvrir gratuitement Pappers Justice +

Suggestions de l'IA

Texte intégral

Vu la procédure suivante

: La Métropole de Lyon (Rhône), représentée par son président en exercice, a saisi le tribunal administratif d'une requête enregistrée au greffe le 12 février 2024 sous le n° 2401397. La Métropole de Lyon demande en application des dispositions de l'article L. 511-9 du code de la construction et de l'habitation, que soit désigné un expert en vue, d'une part, d'examiner des bâtiments situés 30-32 rue du Château à Vénissieux (69200), parcelles cadastrales BT 46, BT 47 et BT 48, qui présentent un danger pour la sécurité publique du fait de leur état général dégradé (parcelle BT 46 : dégradation avancée de la couverture du bâtiment ainsi que du pied de mur, présentant un risque d'effondrement ; parcelle BT 47 : absence de toiture, disparition des protections provisoires, tête de mur non protégée et exposée aux intempéries, avec présence d'humidité forte dans le pisé sur la partie supérieure de la façade, présence de murs non contreventés en limite de parcelle, en possible mitoyenneté avec la parcelle BT 48, présentant un risque d'effondrement ; parcelle BT 48 : à l'arrière du bâtiment entre cette parcelle et les parcelles BT 47 et BT 50, effondrement partiel de murs, laissant des parties non contreventées présentant également un risque d'effondrement), propriétés de Lyon Métropole Habitat (parcelles BT 46 et BT 47) et de M. A D (parcelle BT 48), d'autre part, d'examiner les constructions contigües si besoin, en outre, de préciser dans son rapport s'il existe un danger imminent, et enfin, de proposer les mesures provisoires nécessaires pour garantir la sécurité publique, mettre fin à l'imminence du danger s'il la constate, et préserver le cas échéant les constructions voisines. Après avoir examiné la requête et les pièces, et vu : - le code de la construction et de l'habitation, tel qu'il a été modifié par l'ordonnance n° 2020-1144 du 16 septembre 2020 et par le décret n° 2020-1711 du 24 décembre 2020, dans ses dispositions applicables au 1er janvier 2021 ; - et le code de justice administrative.

Considérant ce qui suit

: 1. Aux termes de l'article L. 511-1 du code de la construction et de l'habitation : " La police de la sécurité et de la salubrité des immeubles, locaux et installations est exercée dans les conditions fixées par le présent chapitre et précisées par décret en Conseil d'Etat. ". Aux termes de l'article L. 511-2 de ce code : La police mentionnée à l'article L. 511-1 a pour objet de protéger la sécurité et la santé des personnes en remédiant aux situations suivantes : 1° Les risques présentés par les murs, bâtiments ou édifices quelconques qui n'offrent pas les garanties de solidité nécessaires au maintien de la sécurité des occupants et des tiers ; () ". Aux termes de l'article L. 511-9 du même code : " Préalablement à l'adoption de l'arrêté de mise en sécurité, l'autorité compétente peut demander à la juridiction administrative la désignation d'un expert afin qu'il examine les bâtiments, dresse constat de leur état y compris celui des bâtiments mitoyens et propose des mesures de nature à mettre fin au danger. L'expert se prononce dans un délai de vingt-quatre heures à compter de sa désignation. Si le rapport de l'expert conclut à l'existence d'un danger imminent, l'autorité compétente fait application des pouvoirs prévus par la section 3 du présent chapitre. ". Aux termes de l'article R. 511-2 de ce code : " Lorsque l'autorité compétente demande à la juridiction administrative la désignation d'un expert en vertu de l'article L. 511-9, il est fait application des dispositions du chapitre Ier du titre III du livre V du code de justice administrative et de l'article R. 556-1 du même code. " 2. L'expertise demandée par la Métropole de Lyon entre dans le champ d'application des dispositions citées ci-dessus. Il y a lieu de faire droit à cette demande, tous droits et moyens des parties demeurant expressément réservés, et de fixer la mission de l'expert comme il est dit à l'article 1er ci-après de la présente ordonnance.

DECIDE :

Article 1er : M. B C, domicilié 19 Cours Lafayette à Lyon (69006) est désigné comme expert avec pour mission, après avoir pris contact avec la Métropole de Lyon et, dans la mesure du possible, les propriétaires des bâtiments, dans les meilleurs délais : - d'examiner les bâtiments situés 30-32 rue du Château à Vénissieux (69200), parcelles cadastrales BT 46, BT 47 et BT 48, - de dresser constat de l'état dudit bâtiment y compris, le cas échéant, de celui des bâtiments mitoyens, - de se prononcer sur l'existence d'un danger imminent, - et de proposer les mesures nécessaires pour mettre fin au danger et garantir la sécurité des personnes, ainsi que les délais dans lesquels elles devront être mises en œuvre. Article 2 : Après avoir prêté serment, l'expert accomplira la mission définie à l'article 1er dans les conditions prévues par les articles R. 621-2 à R. 621-14 du code de justice administrative. Il ne pourra recourir à un sapiteur sans l'autorisation préalable du président du tribunal administratif. Article 3 : L'expert procèdera à ses opérations sur les lieux le 14 février 2024 à 15h et déposera son rapport au greffe sous forme électronique par le biais de la plateforme d'échanges dans les meilleurs délais et au plus tard le 29 février 2024. Il en notifiera immédiatement un exemplaire à la Métropole de Lyon et aux propriétaires des bâtiments, dans les conditions prévues à l'article R. 621-9 du code de justice administrative. Avec leur accord, cette notification pourra s'opérer sous forme électronique. Article 4 : La présente ordonnance sera notifiée à la Métropole de Lyon, à Lyon Métropole Habitat, à M. A D, et à M. B C. Prononcée le 13 février 2024. Le juge des référés, D. JOURDAN La République mande et ordonne à la préfète du Rhône en ce qui la concerne, ou à tous commissaires de justice à ce requis en ce qui concerne les voies de droit commun contre les parties privées, de pourvoir à l'exécution de la présente décision. Pour expédition conforme, Un greffier,