Cour de cassation, Chambre sociale, 25 septembre 2001, 99-44.524

Mots clés
contrat de travail, rupture • licenciement économique • formalités légales • précision nécessaire du motif de la suppression du poste • dispense en cas de plan social et convention de conversion (non) • dispense en cas de plan social et convention de conversion

Chronologie de l'affaire

Cour de cassation
25 septembre 2001
Cour d'appel de Versailles (11e chambre sociale)
2 juin 1999

Synthèse

  • Juridiction : Cour de cassation
  • Numéro de pourvoi :
    99-44.524
  • Dispositif : Rejet
  • Publication : Inédit au bulletin - Inédit au recueil Lebon
  • Textes appliqués :
    • Code du travail L321-1
  • Nature : Arrêt
  • Décision précédente :Cour d'appel de Versailles (11e chambre sociale), 2 juin 1999
  • Identifiant Légifrance :JURITEXT000007429336
  • Identifiant Judilibre :613723c5cd5801467740dead
  • Président : M. BOUBLI conseiller
  • Avocat général : M. Duplat
Voir plus

Résumé

Vous devez être connecté pour pouvoir générer un résumé. Découvrir gratuitement Pappers Justice +

Suggestions de l'IA

Texte intégral

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Sur le pourvoi formé par la société GMF recouvrement, anciennement dénommée GMF banque, société anonyme, dont le siège est ..., en cassation d'un arrêt rendu le 2 juin 1999 par la cour d'appel de Versailles (11e chambre sociale), au profit : 1 / de Mme Joëlle X..., demeurant ..., 2 / de la Banque française de crédit coopératif (BFCC), société anonyme, dont le siège est ..., 3 / de l'ASSEDIC de la région parisienne, dont le siège est ..., défenderesses à la cassation ; LA COUR, en l'audience publique du 27 juin 2001, où étaient présents : M. Boubli, conseiller le plus ancien faisant fonctions de président et rapporteur, MM. Bouret, Coeuret, conseillers, Mme Andrich, conseiller référendaire, M. Duplat, avocat général, Mme Marcadeux, greffier de chambre ; Sur le rapport de M. Boubli, conseiller, les observations de la SCP Gatineau, avocat de la société GMF recouvrement (anciennement dénommée GMF banque), de Me Thouin-Palat, avocat de la Banque française de crédit coopératif (BFCC), les conclusions de M. Duplat, avocat général, et après en avoir délibéré conformément à la loi ;

Sur le moyen

unique : Attendu, selon l'arrêt attaqué (Versailles, 2 juin 1999), que Mme X... qui était salariée depuis 1985 et responsable administratif au département titres, a été licenciée par la société GMF banque le 6 avril 1995 ; qu'elle a adhéré à une convention de conversion ;

Attendu qu'il est fait grief à

l'arrêt d'avoir condamné la GMF banque à verser à Mme X... des dommages-intérêts pour licenciement sans cause réelle et sérieuse, alors, selon le moyen : 1 / que l'acceptation par le salarié d'une convention de conversion emporte rupture du contrat de travail d'un commun accord qui ne prend effet qu'à l'expiration du délai de réflexion de 21 jours courant à compter de la date à laquelle l'employeur lui a adressé la proposition ; qu'en l'espèce, la société GMF a proposé à Mme X... d'adhérer à une convention de conversion par lettre du 6 avril 1995 ; que dès lors, l'acceptation par cette dernière ne devait prendre effet que le 30 avril 1995, soit postérieurement à la notification par l'employeur par lettre du 13 avril 1995 des motifs économiques du licenciement collectif dans lequel s'inscrivait la rupture du contrat de travail de l'intéressée ;

qu'en décidant

cependant que la rupture du contrat de travail de la salariée était intervenue dès la date de l'acceptation par celle-ci de la convention de conversion pour en déduire que seule la lettre du 6 avril 1995 antérieure à la rupture tenait lieu de lettre de rupture et fixait les limites du litige, la cour d'appel a violé l'article L. 321-6 du Code du travail ; 2 / qu'en tout état de cause, l'indication d'un plan de réduction des effectifs rendu nécessaire par la situation de l'entreprise comme motif à l'origine de la suppression de poste d'un salarié caractérise l'existence de difficultés économiques permettant au juge d'en apprécier la réalité et le sérieux ; que la lettre du 6 avril 1995 proposant à Mme X... une convention de conversion l'informait que "compte tenu de la situation de notre entreprise, nous nous trouvons dans l'obligation de procéder à un licenciement collectif pour motif économique dans le cadre duquel nous devons supprimer votre poste" ; qu'en décidant cependant que cette lettre n'était pas suffisamment motivée, la cour d'appel a violé l'article L. 122-14-2 du Code du travail ; 3 / que le transfert des contrats de travail en application de l'article L. 122-12 du Code du travail ne fait pas obstacle au licenciement de salariés pouvant intervenir antérieurement à la cession pour des raisons économiques et techniques impliquant des suppressions d'emploi décidées d'un commun accord avec le repreneur ; qu'en déduisant du seul accord passé entre la société GMF banque et la BFCC sur le principe des licenciements rendus nécessaires pour la reprise de l'activité, que ces licenciements prononcés par la société GMF banque étaient constitutifs d'une fraude à la loi, sans rechercher, comme elle y était pourtant invitée, si les raisons économiques invoquées par les parties à l'acte de transfert n'étaient pas à l'origine de la décision de licencier, la cour d'appel a privé sa décision de base légale au regard des articles L. 122-12 et L. 321-1 du Code du travail ; 4 / qu'en tout état de cause, en cas de transfert d'entreprise, les contrats de travail en cours subsistent automatiquement entre le nouvel employeur et le personnel de l'entreprise par le seul effet de la loi, de sorte que les licenciements prononcés par le premier employeur sont simplement privés d'effet ; qu'il résulte des constatations de l'arrêt attaqué que le contrat de travail de Mme X... devait être transféré de plein droit auprès de la BFCC ; qu'en condamnant cependant la GMF banque à verser au salarié des dommages-intérêts pour licenciement sans cause réelle et sérieuse, la cour d'appel n'a pas tiré les conséquences légales de ses constatations, en violation de l'article L. 122-12 du Code du travail ; Mais attendu, d'abord, que la cour d'appel a constaté que la GMF banque avait conservé la qualité d'employeur de Mme X... malgré le transfert partiel d'activité et que le licenciement avait été notifié par lettre du 6 avril 1995 ; que cette lettre proposant à la salariée d'adhérer à une convention de conversion, elle était la seule dont il convenait de tenir compte ; Attendu, ensuite, qu'ayant rappelé que la lettre de licenciement doit être motivée, même si elle propose au salarié d'adhérer à une convention de conversion, la cour d'appel, qui a relevé que la société GMF banque s'était bornée à faire connaître à Mme X... que son poste était supprimé en raison de la situation de l'entreprise l'obligeant à procéder à un licenciement collectif pour motif économique, en a exactement déduit que cette lettre, qui ne précisait pas la raison économique du licenciement, était insuffisamment motivée et que le licenciement était sans cause réelle et sérieuse ; que, par ces seuls motifs, elle a justifié sa décision ; que le moyen n'est pas fondé ;

PAR CES MOTIFS

: REJETTE le pourvoi ; Condamne la société GMF recouvrement, anciennement dénommée GMF banque, aux dépens ; Ainsi fait et jugé par la Cour de Cassation, Chambre sociale, et prononcé par le président en son audience publique du vingt-cinq septembre deux mille un.